Saga Insaisissable – Tahereh Mafi

[Livre] Insaisissable 1 Insaisissable 2

Editions : Michel Lafon – Jeunesse
Page Facebook de la saga

Tome 3 : Ne m’abandonne pas

*

Citation de Jodie Reamer, l’agent qui a découvert Stephenie Meyer*

« Ma première lecture d’Insaisissable m’a immédiatement rappelé le moment où j’ai découvert Twilight. Dans les deux cas, je ne pouvais plus m’empêcher de penser à autre chose qu’au roman. Le monde et les personnages sont restés ancrés en moi pendant des jours ; j’ai inlassablement rejoué certaines scènes dans ma tête. Même aujourd’hui, plus d’un an après, je me surprends à revivre le moment où Adam et Juliet sont enfermés dans une cellule au début de l’histoire. Cette pièce m’a envoûtée, elle a ravivé mes souvenirs de la découverte de Forks. Une aventure au moins aussi importante venait de commencer… »

* Jodie Reamer travaille chez Writers House, la plus grande agence de littérature jeunesse au monde qui représente notamment Christopher Paolini (Eragon), Neil Gaiman (Coraline), Ally Condie (Promise) ou encore Greg Hefley (Journal d’un dégonflé). Elle est reconnue pour son incroyable flair pour dénicher les nouvelles pépites de la littérature jeunesse. 

*

———————————————

*

Insaisissable 2

Tome 2 : Ne m’échappe pas
Sortie : 04/04/12
Prix : 16,95€

*

[Livre] Unravel me

Couverture VO

*

———————————————

*

[Livre] Insaisissable 1

Tome 1 : Ne me touche pas
Pages : 372
Sortie : 04/10/12
Prix : 16,95€
Les premiers chapitres du tome 1

*

Résumé.
“Ne me touche pas” je lui murmure.
Je mens mais ne lui dis pas.
J’aimerai qu’il me touche mais ne lui dirais jamais.
Des choses arrivent quand on me touche.
Des choses étranges. De mauvaises choses. Des choses mortelles.

*

Les citations du livre.

« Le soleil dégringole dans l’océan et éclabousse de brun, de rouge, de jaune et d’orange le monde que je vois de ma fenêtre. Un million de feuilles d’une centaine de branches différentes plongent et tournoient dans le vent avec la fausse promesse d’un envol. La bourrasque s’empare de leurs ailes fanées uniquement pour les forcer à tomber dans l’oubli, juste bonnes à être piétinées par les soldats en faction juste au-dessous. » [p.10]

« Ça sent la pluie, ce matin.
L’odeur de pierre mouillée, de terre retournée pèse dans la pièce ; l’atmosphère est froide, humide et boueuse. Je respire un grand coup et je rejoins la fenêtre sur la pointe des pieds, juste pour coller mon nez contre la surface froide. Je sens ma respiration couvrir la vitre de buée. Je ferme les yeux quand j’entends un doux crépitement dans le vent. Les gouttes de pluie, c’est la seule chose qui me rappelle que les nuages ont un cœur qui palpite. Comme moi.
Je me suis toujours posé des questions sur les gouttes de pluie.
Je me demande comment elles tombent en trébuchant les unes sur les autres, en se brisant les jambes et en oubliant leur parachute quand elles dégringolent direct du ciel vers une fin incertaine. Comme quelqu’un qui vide ses poches sur la terre et se moque de savoir où leur contenu va tomber, de savoir que les gouttes de pluie éclatent quand elles heurtent le sol, qu’elles se fracassent quand elles dégringolent, que les gens maudissent les jours où les gouttes osent pianoter sur leur porte. » [p.14]

« Un mot, deux lèvres, trois, quatre, cinq doigts qui forment un poing.
Un coin, deux parents, trois, quatre, cinq raisons de se cacher.
Une enfant, deux yeux, trois, quatre, dix-sept années de frayeur.
Un manche à balai brisé, deux visages farouches, des murmures rageurs, des cadenas sur ma porte.
Regardez-moi, voilà ce que j’avais envie de vous dire. Parlez-moi de temps en temps. Trouvez-moi un remède pour sécher ces larmes. J’aimerais vraiment pouvoir enfin souffler dans ma vie. » [p.47]

« L’argent sale dégouline des murs, une année de ravitaillement alimentaire gaspillée dans les sols en marbre, des centaines de milliers de dollars d’assistance médicale dépensés dans des meubles de luxe et des tapis persans. Je sens la chaleur artificielle souffler par les bouches d’aération et songe aux enfants qui crèvent d’envie de boire de l’eau potable. Je plisse les yeux sous les lustres en cristal et j’entends les mères implorer la pitié. Je vois un monde superficiel surgir au beau milieu d’une réalité terrifiante et ne peux plus bouger.
Je ne peux plus respirer. » [p.77]

« En l’absence de relations humaines, j’ai noué des liens avec des personnages de papier. J’ai connu l’amour et la perte de l’être aimé au fil de petites histoires entremêlées dans la grande, j’ai vécu l’adolescence par association d’idées. Mon univers est un réseau d’entrelacs de mots, de membres liés à des membres, d’os à des muscles, de pensées et d’images enchevêtrées. Je suis constituée de lettres, un personnage créé par des phrases, un produit de l’imagination forgé par la lecture de romans.
Ils veulent effacer chaque signe de ponctuation de ma vie sur cette terre et je ne pense pas pouvoir les laisser faire. » [p.85]

« Tuer le temps n’est pas aussi difficile que ça n’en a l’air.
Je peux me tirer une centaine de chiffres dans la poitrine et regarder saigner les virgules décimales dans le creux de ma main. Je peux arracher les chiffres d’une pendule et observer les aiguilles faire tic, tic, tic, jusqu’à leur dernier tac avant que je m’endorme. Je peux suffoquer quelques secondes simplement en retenant mon souffle. J’ai tué des minutes pendant des heures et personne n’a l’air de s’en inquiéter. » [p.121]

« Il se trompe, il a tout faux, c’est encore plus délirant qu’un arc-en-ciel à l’envers. » [p. 142]

« J’attrape les pétales de rose à mesure qu’ils tombent de mes joues, flottent autour de mon corps, me recouvrent d’un truc qui ressemble à de l’absence de courage. »

« Ses lèvres se scellent. Il ferme les paupières une demi-seconde et je m’émerveille des gouttes d’eau chaude prises au piège de ses cils, telles des perles forgées par la douleur. »

*

[Autre] Shatter me - Evolution

Evolution de la couverture française
(de gauche à droite, de haut en bas)
1ère version – 2ème version – Photo retouchée – 3ème version, quasi définitive

*

[Autre] Shatter me - Séance photo

Séance photo

*

[Livre] Shatter me 1

Couverture originale

*

[Livre] Shatter me

Nouvelle couverture originale

*

[Livre] Destroy me

Couverture de la nouvelle

*

[Autre] Shatter me - Etranger

Autre couvertures
(de gauche à droite, de haut en bas)
Polonaise – Italienne – Allemande – Suédoise

*

*

*

 

Publicités

5 commentaires sur « Saga Insaisissable – Tahereh Mafi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s