Un monde idéal où c’est la fin – J. Heska

[Livre] Un monde idéal où c'est la fin

Editions : Seconde chance
Pages : 183
Sortie : 01/06/13
Prix : 2,99€ [ebook]

*

[Blog] Résumé

Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps? Avènement de la magie? Crise climatique irréversible? Épidémie mondiale de mort subite? Extra-terrestres maladroits? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles? Crise de déprime globale? Robots hors de contrôle? Zombies entreprenants?
Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte !

*

[Blog] Mon avis

Autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas fini ce livre. Pourquoi? Parce qu’il y a des sujets qui peuvent être abordés avec humour mais quand on commence à dépasser cet humour cela devient limite choquant.

J’ai commencé le livre avec une très bonne impression. Même si les nouvelles tiennent sur deux pages (voir une seule par moment), ça ne m’a pas dérangé. On passe d’un sujet à un autre mais toujours en restant autour du thème de la fin du l’humanité.
L’auteur a bien su mettre le doigt sur les diverses choses qui pourraient causer notre perte: la technologie, la pollution, la maladie, les robots etc. Tout y passe et on remarque aussi quelques réflexions personnelles de l’auteur avec notamment Fifty shades of Grey qui cause des nausées, Justin Bieber et même le Président.
Le tout est tourné avec pas mal d’humour, noir par moment, mais qui a réussi à me faire grimacer et rire au fil des différentes nouvelles. 

Jusqu’au moment où je suis tombée sur LE sujet qu’il faut vraiment traiter avec humour et légèreté et là j’ai trouvé que l’auteur s’était carrément planté.
L’homosexualité est toujours un sujet très délicat d’autant plus avec la loi concernant le mariage qui vient d’être adoptée. L’auteur en a fait une nouvelle nommée: « Un monde idéal où les gays précipitent notre destruction ». Déjà là, je n’ai pas ri mais j’ai attendu de voir.
Je suis tout simplement restée bouche bée de voir autant de clichés comme les slips de cuir et les clubs discos mais surtout en lisant les mots « maladie » et « gangrène ».
Définitivement, mon humour avait disparu. 

La déception est donc d’autant plus grande que ma lecture commençait bien mais pour ma part je trouve que l’humour a ses limites et je préfère m’arrêter là, autant dans ce livre que dans mon avis.

*

[Blog] Quelques mots

Un monde idéal où un moustique prisonnier dans la glace du permafrost sibérien depuis plus de 30 000 ans est porteur d’un virus ultra-virulent capable de tuer n’importe quel être humain en moins de trois jours et de balayer toute la civilisation en moins d’un mois.

*

[Blog] Ma note

[Note] 1,5

*

[Blog] Les plus

Le site officiel de l’auteur

*

*

Publicités

8 commentaires sur « Un monde idéal où c’est la fin – J. Heska »

  1. Moi aussi la nouvelle avec l’homosexualité m’a choqué, tout comme celle parlant des femmes et le monde avec Hitler… J’ai d’ailleurs hâte à la conversation avec l’auteur vendredi prochain pour pouvoir lui poser certaines questions…

  2. Doh, j’aime bien cet auteur pour son humour grinçant mais j,avoue que certains sujets doivent être traités de façon plus délicats. Ici au Québec, malgré que l’homophobie existe encore … nous sommes tout de même ouvert d’esprit ! J’ai bien hâte de me faire ma propre opinion car il est dans ma PAL !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s