Certaines n’avaient jamais vu la mer – Julie Otsuka

Editions : 10/18 
Pages : 139
Sortie : 19/09/13
Prix : 6,60€

[Note] 3,5

Ces Japonaises ont tout abandonné au début du XXe siècle pour épouser aux Etats-Unis, sur la foi d’un portrait, un inconnu.


[Blog] Résumé

Ces Japonaises ont tout abandonné au début du XXe siècle pour épouser aux Etats-Unis, sur la foi d’un portrait, un inconnu. Celui dont elles ont tant rêvé, qui va tant les décevoir. Choeur vibrant, leurs voix s’élèvent pour raconter l’exil : la nuit de noces, les journées aux champs, la langue revêche, l’humiliation, les joies aussi. Puis le silence de la guerre. Et l’oubli.


[Blog] Mon avis

Pour le coup, c’est le type de lecture qui sort complètement de ce qu’on peut trouver dans ma bibliothèque ! Le côté historique ne m’attirait clairement pas mais une personne l’ayant lu me l’a chaudement recommandé et le fait qu’il soit court m’a fait me lancer.

Ce qui m’a marqué tout d’abord, c’est le style de narration. L’autrice utilise en effet le ‘nous’ pour s’exprimer au nom des femmes. Ce qui est encore plus intrigant, c’est la manière de l’utiliser au travers de listes. C’est assez compliqué à expliquer donc je vous laisse lire l’extrait un peu plus bas pour mieux comprendre. Dans un premier temps, il a fallut que je m’habitue à ce style mais finalement, on prend rapidement le pli. Par contre, au bout d’un moment, c’est un peu lassant à lire malheureusement.

De plus, j’ai trouvé que le récit de manière général avait quelque chose de très poétique. Le tout est très doux et donne une impression de lenteur car l’histoire des femmes est assez linéaire. N’empêche que le texte est beau et qu’on se prend facilement d’affection pour elles quand on voit tout ce qu’elles ont vécu.

Pour le côté historique, il est effectivement difficile de passer à côté car il n’y a rien d’autre autour. J’avais déjà lu quelques romans où ce n’était pas la part principale du récit, mais on est réellement au coeur de l’histoire dans ce livre-ci, sans fioritures donc.

J’avoue ne pas trop savoir quoi penser de cette lecture. Elle était assez fluide mais tout de même un peu perturbante de par son style. L’histoire en elle-même est touchante mais je ne suis pas complètement entrée dedans. N’empêche que je l’ai terminé, et c’est déjà pas mal pour quelqu’un qui n’aime pas du tout lire de l’historique !


[Blog] Quelques mots

Nous cueillons les fraises à Watsonville. Nous cueillons leur raisin à Fresno et Denair. A genoux, nous déterrions leurs pommes de terre avec des fourches sur Bacon Island, dans le delta, où la terre était molle et spongieuse. A Holland Tract, nous triions leurs haricots verts. Et une fois les récoltes terminées, nous remettions nos couvertures sur le dos et, un sac de vêtements à la main, nous attentions le passage du prochain train pour pousser plus loin.


[Blog] Les plus

[Blog] Amazon

Titre VO : The Buddha in the Attic

*

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s