Rencontre avec la collection Macadam

[Evènement] Rencontre Milan 01

*

Le 26 septembre a eu lieu une rencontre chez les éditions Milan afin de nous présenter les locaux, la maison d’édition, les collections et surtout, nous parler de Macadam.
Première étape après le café et les chouquettes: la visite des locaux!

*

*

Après la visite nous avons pu discuter avec l’équipe au complet afin d’en savoir plus sur la collection.
Tout d’abord les prochaines parutions:

• En janvier 2014 sortiront les second tomes de Syrli, de Déchaînés et de Code Sara
• Le second tome de L’étrange cas de Juliette M. sortira au printemps
• Lost code de Kevin Emerson
• The testing de Joelle Charbonneau
• Mortal kiss de Alice Moss et Anna Serafin

• C’est pas grave de Jo Hoestlandt
L’auteure a proposé son manuscrit il y a 3 ans environ sous la forme d’une nouvelle. Elle portait le nom de La petite pute derrière la porte mais son texte trop fort et son format ont fait qu’elle n’a pu être publiée.
L’auteure a donc reproposé son manuscrit sous la forme d’un roman et portant le nom de Je tu il qui finalement sera publié sous le titre C’est pas grave.

• The dark heroine – Amours diaphanes d’Abigail Gibbs, publié en mars
L’auteure l’a écrit quand elle avait 15 ans et l’avait publié chapitre par chapitre sur le site de partage Wattpad. Ce format laisse le lecteur en haleine avec une histoire qui ne fini pas.
Le pitch est qu’un jour à Trafalgar Square, deux bandes s’affrontent. Une fille est présente sur les lieux car elle attend son amie qui finalement ne viendra pas. Elle se fait aussi malheureusement repérer et l’une des bandes l’enlève pour ne laisser aucun témoin.
C’est un livre avec des vampires mais ce n’est pas un livre de vampires. C’est par contre un livre « young adult +++ » avec une histoire d’amour démente et du sexe.

A savoir aussi :
• La couverture du Cercle des confidentes est en fait le premier jet de la version VO
• V virus n’est pas un one shot
• Le « # » de #8pm correspond au côté geek de l’héroïne

*

*

La partie la plus intéressante car la moins « publique » a été à propos de l’édition des livres:

La création de Macadam s’est créée grâce à deux livres dont un de Malorie Blackman [Entre chiens et loups].
Après avoir lu les deux livres, la directrice de l’édition se disait qu’ils n’avaient de collection avec la bonne tranche d’âge mais grâce à ses deux coups de coeur, elle a voulu créer la collection Macadam.

• La collection dispose de lecteurs extérieurs pour les manuscrits en langue étrangère autre qu’anglais
• Ils doivent savoir anticiper les tendances, comme la dystopie en ce moment, afin de publier les livres pendant la tendance et non après
• L’équipe travaille actuellement sur le programme 2014-2015
• Ils passent par les éditeurs ou les agents des auteurs pour les livres anglo-saxons
• En France, c’est l’éditeur qui récupère le copyright d’un livre alors qu’aux Etats-Unis, il reste aux auteurs
• 3500 manuscrits français sont proposés à l’année dont 80% pour Macadam et au final en moyenne 1 seul est publié
• Les corrections ne sont que rarement faites sur le fond du livre et si l’auteur n’est pas d’accord, il peut se retirer tout comme l’éditeur peut se retirer s’il n’est pas d’accord avec l’auteur
• La collection veut vraiment préserver au maximum le texte des auteurs, c’est leur bébé donc ils lui doivent un certain respect
• 2 lectures sont nécessaires pour annoter un livre: une lecture en diagonale pour savoir de quoi ça parle et ce qui se passe puis une lecture qui demande beaucoup de concentration car ils doivent se souvenir quand se passe quoi dans le livre
• Ce n’est pas le même travail quand il s’agit d’un livre français ou étranger car sinon il faut plutôt travailler avec le traducteur
• Chez Macadam, ils ne font pas de la réécriture, vraiment de la traduction
• Ce n’est pas forcément simple de traduire car l’anglais peut être très redondant contrairement au français, c’est pour ça que certains passages peuvent être coupés
• C’est l’éditeur qui choisit le titre du livre mais Macadam préfère quand même en discuter aussi avec l’auteur
• La couverture est aussi le travail de l’éditeur
• Il y a du sexe dans certains livres car c’est une réalité des choses. C’est d’ailleurs un choix éditorial et ils ont refusé certains livres
• Macadam n’a pas prévu de faire du Fifty shades of Grey soft comme c’est la mode en ce moment, mais il y a du sexe dans les livres parfois
• Les éditeurs ont une responsabilité vis à vis du lecteur: « Ce sont nos lectures qui nous forment »
• La collection arrive à avoir le droit de sortir un livre avant la vo mais c’est rare
• La mention « Loi n°49 956 du juillet 1949 sur les publications destinées la jeunesse : mars 2012 » est obligatoire sur les livres jeunesse
• La collection existe en numérique
• La collection est très présente sur les salons internationaux comme le Frankfurter Buchmesse, soit la Foire du livre de Francfort qui accueille plus de 7 300 exposants de 100 pays, 300 000 visiteurs et environ 10 000 journalistes
• Le choix de travailler avec les blogueurs est un choix marketing car l’avis des blogueurs est très intéressant et donne une bonne visibilité aux livres

*

[Evènement] Rencontre Milan 02 - Fanny Abadie

*

Nous avons eu aussi la chance de rencontrer Fanny Abadie, l’auteure de J’ai pas choisi:

• L’auteure est documentaliste en collège et ne vit pas de sa plume
• Elle écrit surtout du théâtre
• Il y a eu beaucoup de corrections sur le manuscrit initial mais ça ne l’a pas dérangé, elle s’y attendait et elle voulait justement un regard extérieur, les corrections ont été un bon moment pour elle
• Pour la couverture, c’est Serge Bloch qui l’a faite en 2 heures avant de prendre un avion
• L’idée de départ est venue d’un Je bouquine avec l’histoire d’un garçon qui écrit des poèmes pour séduire une fille et l’auteure a trouvé que ce n’était pas très moderne, elle a donc pensé aux slams
• Elle a ensuite commencé à écrire l’histoire dans laquelle la musique a beaucoup joué comme avec la chanson Faustine de Luke
• Le livre est une reprise du mythe de Faust, d’où le titre de base: Faustine
• Elle voulait qu’on se demande si on basculait dans le fantastique ou s’il s’agissait de la conscience de l’héroïne, comme le Horla de Maupassant
• La fin ouverte est faite pour interpeler le lecteur
• L’auteure est en train d’écrire une nouvelle histoire

*

[Editeur] Macadam

*

Au final la rencontre a vraiment été superbe!
L’accueil et la disponibilité de l’équipe nous ont permis de complètement plonger au coeur de la maison d’édition et évidemment c’est toujours un plaisir de voir et revoir des blogueurs!
Un énorme merci à Milan Macadam pour cette journée! 🙂

D’autres compte-rendus de la journée : Moody – Lune et Plume – Mutinelle

*

Découvrez quelques titres de la collection : 

La couleur de la peur [Livre] Le baiser des sirènes 1 [Livre] Les enfants des Dieux 1 [Livre] Syrli 1

Publicités

14 commentaires sur « Rencontre avec la collection Macadam »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s